Blog


9 June 2021


J-2 avant l’Euro. Un an que toute la planète football assiste à la grand-messe du football européen. 24 équipes, 72 gardiens, Main Opposée vous propose de découvrir jour après jour ceux qui défendront les couleurs et les filets de leurs pays lors de la compétition pour tenter de détrôner le Portugal de Rui Patricio, tenant du titre. Aujourd’hui, l’Allemagne.

Première de son groupe de qualification dans lequel se trouvaient les Pays-Bas, l’Irlande du Nord, la Biélorussie et l’Estonie, l’Allemagne s’est facilement emparée de son ticket pour l’Euro à la faveur de 7 victoires pour une seule défaite, à domicile, face aux néerlandais (2-4). Si Manuel Neuer a disputé sept des huits rencontres, Marc-Adré Ter Stegen a lui aussi eu l’occasion de s’illustrer face à l’Irlande du Nord, participant lui aussi à la qualification de son pays. Malheureusement pour le gardien de but du FC Barcelone, il ne sera pas du voyage cet été. Contraint de se faire opérer pour éviter une blessure qui le contraindrait à une longue absence, il a préféré tirer un trait sur la sélection nationale cet été. Joachim Löw a donc dû composer sans lui pour constituer son trio de portiers. Sans surprise, on y retrouve Manuel Neuer, Bernd Leno et, vieille connaissance du Paris Saint Germain, un certain Kevin Trapp, aujourd’hui portier de l’Eintracht Francfort.

Placée dans le terrible groupe F, l’Allemagne est gâtée : elle retrouvera d’entrée les Bleus d’Hugo Lloris et Didier Deschamps, le Portugal de Rui Patricio, tenant du titre, ainsi que la Hongrie de Gulacsi, qui lui-même évolue dans le championnat allemand. Joli programme pour la Mannschaft, lauréate de l’épreuve à trois reprises en 1972, 1980 et 1996, et l’occasion de se rappeler que ce sont bien les germaniques qui ont les premiers profité du fameux “But en Or” pour remporter la finale de l’Euro anglais grâce à un but d’Oliver Bierhoff synonyme de coup de sifflet final cinq minutes après le début de la prolongation alors qu’Andreas Köpke, portier allemand de l’époque, s’était attelé à repousser des deux poings tous les assauts de la République Tchèque de Nedved, Poborsky et consorts. Mais revenons à notre Euro et nos portiers allemands.

NEUER ÜBER ALLES

Est-il encore nécessaire de présenter Manuel Neuer ? 100 sélections en équipe nationale allemande, capitaine du Bayern Munich et de la Mannschaft, il a tout simplement tout gagné : Coupe du Monde, Champions League (2 fois), Supercoupe d’Europe (2 fois), Coupe du monde des clubs (2 fois), Bundesliga (9 fois d’affilée !!), Coupe d’Allemagne (6 fois), Supercoupe d’Allemagne (4 fois)… Ne lui manquent que l’Euro et le Ballon d’Or (ou le Trophée Yachine) pour compléter sa collection, lui qui a même remporté l’Euro Espoirs en 2009, titre auquel s’ajoutent de nombreuses récompenses individuelles glanées tout au long de sa carrière, comme celle d’homme du match lors de la dernière finale de la Ligue des Champions remportée face au PSG. Portier complet à l’envergure impressionnante, dominateur dans les airs, habituellement redoutable dans les duels, il a compris l’importance d’agir comme un joueur de champ lorsque son équipe est en possession du ballon. Son passé de milieu de terrain est ainsi un atout indéniable dans la compréhension du jeu et lui permet d’utiliser les deux pieds avec une aisance déconcertante, aisance qu’il a encore démontré tout au long de la saison.

Champions d’Europe en titre, Neuer et ses coéquipiers du Bayern Münich s’octroient le droit de disputer la Supercoupe d’Europe face au vainqueur de l’Europa League, le FC Séville. Menés au score d’entrée à la suite d’un penalty transformé par O’Campos, Neuer détourne les cinq tirs cadrés sévillans, les allemands refont leur retard et s’imposent en prolongation, 2 buts à 1. Premier trophée titre de la saison. Une semaine plus tard, c’est en finale de Supercoupe d’Allemagne que l’on retrouve notre héros, face au Borussia Dortmund. Au risque de vous surprendre, c’est encore une fois Manuel Neuer qui soulève le trophée, après une victoire 3 buts à 2. Deuxième trophée de la saison. Privilège du vainqueur de la Ligue des Champions, le gardien d’un mètre 93 s’octroie le droit de disputer la Coupe du monde des clubs avec ses coéquipiers, compétition durant laquelle le dernier rempart du club bavarois ne transige pas face aux égyptiens d’Al Ahly et aux Tigres mexicains : deux matchs, six arrêts, deux cleansheets. Troisième trophée de la saison, et nous ne sommes alors qu’au mois de février !!

Revenu les bras chargés de trophée, Neuer peut donc à présent pleinement se consacrer au championnat domestique. Titulaire à 33 reprises cette saison dans les buts du Bayern Münich dont il arbore fièrement le brassard à chaque match, le natif de Gelsenkirchen ne cède sa place que lors de l’avant-dernière journée pour permettre à son numéro 2, Alexander Nübel, de participer à la fête et d’être lui aussi sacré champion d’Allemagne avec ses coéquipiers après que le club bavarois ait une fois de plus outrageusement dominé la Bundesliga. S’il encaisse 42 buts et réalise 9 cleansheet, Neuer confirme que même à 35 ans, il n’a pas encore fini de faire parler de lui et bien malin celui qui parviendra à l’asseoir sur le banc ou l’envoyer à la retraite. Les bavarois finissent le championnat avec 13 points d’avance sur le RB Leipzig et son portier Gulacsi. Quatrième titre de la saison.

Quatre titres en une demi-saison, certains s’en contenteraient mais c’est mal connaître Manuel Neuer, toujours assoiffé de victoires et de titres. Appelé en équipe nationale lors du 1er tour de la Coupe d’Allemagne, il cède sa place au premier tour, face au FC Düren, équipe de 4e division. 3-0, l’affaire est entendue et Neuer est quant à lui attendu pour le 2e tour face ua modeste club de 2e division, le Holstein Kiel. Alors que l’on s’attend à une nouvelle ballade des bavarois heureux, la machine s’enraye. Après avoir mené par deux fois, les joueurs du Bayern Münich s’incliner tour à tour face à Bartels, puis face à Wahl, auteur du but égalisateur à la 95e minute. Un seul arrêt pour Neuer dans cette rencontre qui se poursuit pour 30 minutes supplémentaires durant lesquelles le score n’évolue pas et Kiel emmène le Bayern Münich aux tirs au but. Les cinq premiers tireurs de chaque équipe transforment leur sentence. S’avance alors Marc Roca pour les bavarois. Il s’élance, mais son tir est détourné par le portier germano-grec de Kiel, celui-là même que l’on imaginait passer une sale quart d’heure, ou plutôt six, trois par mi-temps. Neuer ne parvient pas à rattraper l’échec de son coéquipier. Les joueurs de 2e division peuvent laisser exploser leur joie, ils viennent de sortir le Bayern de Neuer, Bayern qui ne parviendra donc pas à rééditer l’exploit d’imposer son hégémonie sur l’ensemble des compétitions nationales cette saison.

Sur le plan continental, Neuer et compagnie écrase la concurrence dans leur groupe de Ligue des Champions : 5 victoires et un match nul lors du seul match où le génial portier est absent. Les huitièmes de finale sont une formalité face à une Lazio de Rome pas assez armée pour s’opposer à la marche en avant du club allemand. 4-1 au match aller en terre italienne, 2-1 sur le sol allemand dans un match où Neuer est à nouveau absent de l’effectif, direction les demi-finales où attendent patiemment Navas et les joueurs du Paris Saint Germain pour un remake, sur deux matchs, de la dernière finale de la Ligue des Champions, mais cette fois, l’histoire est toute autre.

Neuer est certes grand, très grand, tant par la taille que par le talent, mais il n’est pas infranchissable. Il arrive en effet que le mur se fissure et, à de rares reprises, qu’il se perce, comme lors du match aller face à Navas et Mbappé où sa responsabilité est clairement engagée sur le but du jeune prodige français. Battus 2-3 à domicile, les allemands comptent sur leur portier pour les aider à renverser la tendance sur la pelouse du Parc des Princes. Il fallait s’y attendre, les grands portiers ne passent jamais deux fois de suite à côté et Neuer réalise une prestation de haut vol, insuffisante cependant pour permettre à son club de défendre son titre de champion d’Europe plus avant, malgré une victoire 1-0.

En sélection nationale, Manuel Neuer est tout simplement centenaire depuis lundi et le carton allemand face à la Lettonie (7-1) en match de préparation. Indéboulonnable, il sera encore une fois un des grands animateurs du tournoi et aura à coeur de démontrer qu’il est bel et bien, comme bon nombre le pense déjà, le meilleur gardien de la décennie, si ce n’est de tous les temps.

UN CANONNIER SUR LE BANC

Privé de Ter Stegen, forfait, Joachim Löw a fait appel en numéro 2 à Bernd Leno, dernier rempart d’Arsenal mais qui commence la saison sur le banc à l’occasion du Community Shield, la Supercoupe anglaise. Condamné à observer, il ne peut que constater la défaite des siens aux tirs au but (1-1 ; 5 tab à 4) face au champion d’Angleterre, Liverpool.

Place donc au championnat d’Angleterre durant lequel Leno dispute 35 des 38 journées dans les buts des Gunners. Suspendu lors de la 23e journée en raison d’un carton rouge reçu face à Wolverhampton, il est sur le banc lors des 32e et 34 journées. Bilan : 37 buts encaissés, 11 clean sheet et une décevante huitième place au classement de la Premier League.

En FA Cup, Leno est titulaire. S’il signe un cleansheet d’entrée face à Newcastle qu’Arsenal mettra 120 minutes à éliminer (2-0 après prolongation), il doit s’incliner sur le terrain de Southampton sur un but marqué par son propre défenseur. Défaite 1-0 et fin de l’épopée en FA Cup pour des Gunners à la peine cette saison. La Carabao Cup est l’occasion pour les londoniens de se rattraper, Leno le sait et signe encore une fois un cleansheet pour l’entrée en lice de son club au 3e tour, sur la pelouse de Leicester, 5e du championnat d’Angleterre cette saison. Opposés à Liverpool au 4e tour, on pense l’histoire entendue, mais Leno et les siens déjouent les pronostics en éliminant les hommes de Jürgen Klopp aux tirs au but (1-1 ; 5 tab à 4). Place donc aux quarts de finale et c’est cette fois Manchester City qui se présentent face aux coéquipiers du portier allemand. Surprise, ce dernier assiste à la rencontre depuis le banc de touche et ne peut que constater les dégâts provoqués par les hommes de Pep Guardiola : défaite 4 buts à 1, à la maison qui plus est, la coupe est pleine pour Arsenal qui quitte la compétition.

Sur le plan continental et contrairement à son illustre aîné Manuel Neuer, Bernd Leno ne dispute “que” la petite coupe d’Europe, plus connue sous le nom de Ligue Europa. Après une phase de groupe parfaitement maitrisée au cours de laquelle le natif de Bietigheim-Bissingen n’est aligné sur le pré qu’à deux reprises. Qu’importe, les Gunnes sont qualifiés et Leno reprend son poste de titulaire pour les matchs à élimination directe. Benfica, l’Olympiakos et le Slavia Prague cèdent tour à tour face aux anglais, mais Villareal met fin à leurs ambitions à un pas de la finale, en s’imposant 2-1 à l’aller et résistant tout le long du match retour, match durant lequel Leno signe son deuxième blanchissage européen de la saison. Une saison en dent de scie pour le portier de 29 ans qui, du haut de son mètre 90, prendra place sur le banc à moins que Kaiser Neuer déclare forfait.

UNE VIEILLE CONNAISSANCE

Troisième et dernier larron du trio allemand, Kevin Trapp. Il n’était pas prévu, mais l’ancien gardien du Paris Saint Germain a profité du forfait de Ter Stegen pour prendre le ticket laissé vacant par le portier du club catalan. Reparti à l’Eintracht Francfort après une expérience parisienne en demi-teinte, le portier allemand de 30 ans a retrouvé un peu de sa superbe.

33 matchs disputés sur 34 possibles en championnat, Trapp encaisse 52 buts et réalise 4 cleansheet. Evidemment, on subit plus de frappes à Francfort qu’à Paris ou Münich, mais l’Eintracht termine à une belle 5e place au classement de Bundesliga. En coupe d’Allemagne, il dispute les deux rencontres de son club, éliminé par le Bayer Leverkusen sur le score sans appel de 4 buts à 1. Cela nous rappelerai presque la claque subie par Leno face à Manchester City en Carabao Cup de l’autre côté de la Manche.

Numéro 3 de la Mannschaft avec laquelle il compte 5 sélections, Trapp se satisfera pleinement du rôle qu’a prévu de lui confier Joachim Löw : celui d’un numéro 3, dédié corps, gants et âme à son un numéro 1 et ses coéquipiers.


LA FICHE DU TITULAIRE

Manuel Neuer gardien de but allemagne euro 2020 euro 2021

MANUEL NEUER
Club:
  Bayern Münich (Bundesliga)

Âge : 35 ans
Né le : 27 mars 1986, à Gelsenkirchen (Allemagne)
Taille : 1m93
Poids : 90 kilos 
Pied : droit
Main : droite
Gants : Adidas

Sélections : 100
1ère sélection : 02 juin 2009 (Emirats Arabes Unis – Allemagne : 2-7 )


Photo : mosaiquefm.net


VOUS AVEZ MANQUE LES EPISODES PRECEDENTS ? PAS DE PANIQUE, ILS SONT JUSTE ICI…

Egalement dans le groupe F:

Dans le groupe A: 

Dans le groupe B:

Dans le groupe C:

Dans le groupe D :

Dans le groupe E :

Rejoins la communauté
Articles récents
Si tu souhaites recevoir du contenu exclusif, souscris à ma newsletter :
Haut de la page
Partages