Blog


1 June 2021


J-10 avant l’Euro. Un an que toute la planète football assiste à la grande-messe du football européen. 24 équipes, 72 gardiens, Main Opposée vous propose de découvrir jour après jour ceux qui défendront les couleurs et les filets de leurs pays lors de la compétition pour tenter de détrôner le Portugal de Rui Patricio, tenant du titre. Aujourd’hui, l’Ecosse.

23 ans. C’est le temps qu’il aura fallu à l’Ecosse pour se qualifier à nouveau pour un grand tournoi international. Absente de ces grands rendez-vous depuis 1998 et le mondial organisé en France, les hommes de Steve Clarke ont dû batailler pour parvenir à leur fin en grapillant in extremis l’un des derniers billets qualificatifs, l’un de ceux réservés aux barragistes.

L’histoire avait en effet bien mal commencée dans un groupe composé la Belgique, la Russie, Chypre, Saint-Marin et le Kazakhstan, puisque les écossais se voyaient pulvériser 3-0 dès leur entrée dans cette phase éliminatoire par… le Kazakhstan ! Pas très rassurant à l’idée d’entendre Flower of Scotland résonner dans les travées des stades de l’Euro et pourtant les écossais ne lâchent rien et parviennent à décrocher la 3e place du groupe, synonyme de qualification pour les barrages de la Ligue C en compagnie de la Norvège, d’Israël et de la Serbie.

“IL N’Y A SI LONG CHEMIN QUI N’AIT SON TERME”

Première étape, la demi-finale et Israël pour continuer de rêver. Le match est âpre, les filets ne tremblent pas et l’on se dirige vers la fatidique séance des tirs au but que les écossais remportent finalement (5-3).

Place donc à l’ultime combat pour les écossais qui voient se présenter face à eux l’équipe de Serbie, victorieuse de la Norvège en demi-finale. L’Ecosse ouvre le score et croit tenir son billet, mais c’est sans compter sur le serbe Luka Jovic qui égalise dans les ultimes secondes de la rencontre. On pense alors que l’équipe au chardon va s’écrouler durant la prolongation mais il n’en est rien. Les hommes de Steve Clarke tiennent bon et arrachent la séance de tirs au but.

La tension est à son comble, les ballons transpercent les filets les uns après les autres sans qu’aucun des deux gardiens ne puisse s’interposer et c’est finalement Aleksandar Mitrović, l’un des piliers de la sélection serbe, qui voit sa tentative, l’ultime tentative de son pays, détournée par David Marshall. 5 tirs au but à 4, l’Ecosse est au paradis, mais leur gardien de but ne le sait pas. Concentré sur sa mission, il ne s’est pas rendu compte qu’il s’agissait du dernier tireur serbe et ne comprend qu’il vient de permettre à son pays de revenir sur le devant de la scène européenne qu’en voyant ses coéquipiers foncer sur lui. Un superbe moment de sport et d’émotions, la fin d’un long chemin (de croix) qui connait enfin son terme comme le veut le proverbe écossais.

Le billet écossais enfin validé et le tirage au sort du 1er tour effectué, – l’Ecosse retrouvera l’Angleterre, la Croatie et la République Tchèque dans le groupe D – Steve Clarke a pu se pencher sur la liste des joueurs qui représenteront leur pays cet été et fait appel à deux des trois gardiens sollicités durant les qualifications : David Marshall donc, et Jon McLaughlin, portier des Glasgow Rangers. Quant au troisième larron, si l’on aurait pu penser que Scott Bain, gardien du Celtic Glasgow, serait du voyage puisqu’il a disputé 3 matchs lors de la phase qualificative, mais c’est finalement Craig Gordon, un revenant, qui se glisse dans les valises de son sélectionneur pour ce grand retour écossais sur la scène internationale.

“UN HOMME EST UN LION DANS SA PROPRE CAUSE”

Héros des écossais à 36 ans, David Marshall incarne à la perfection cet autre proverbe local. Rendez-vous compte, il n’avait 13 ans la dernière fois que l’Ecosse a participé à une phase finale !! L’Euro était donc bien sa dernière chance (ou presque) d’arborer le maillot de sa sélection nationale lors d’un grand tournoi. Une forme de consécration qu’il n’a pas volé et pour laquelle il s’est battu comme un lion dans les buts de la nation, mais il en a été de même pour lui également dans les buts de Derby County, 21e du Championship et sauvé in extremis de la relégation à la faveur d’un tout petit point d’avance.

Titulaire, David Marshall aura disputé 36 des 46 matchs de championnat de Derby County. S’il est sur le banc de touche entre la 36e et la 38e journée de championnat ainsi que lors des trois dernières rencontres, il n’est pas dans l’effectif convoqué par son entraîneur, un certain Wayne Rooney, lors de la 8e journée. De même, l’ancien attaquant des Three Lions se passe des services du portier écossais lors des trois permiers matchs du mois de janvier ainsi que lors des deux premières semaines du mois de mars. Manque de confiance de son entraîneur envers son portier ? Peu probable si l’on tient compte du fait que le jeune coach ait confié le brassard de capitaine à son gardien vétéran à 18 reprises, soit 50% des matchs disputés par Marshall.

Statistiquement parlant, compte tenu des difficultés de son club en championnat, Marshall a dû s’employer sur 127 frappes cadrées durant la saison. Auteur de 80 arrêts, il affiche un taux de réussite de 62,99%. Compliqué dans ce contexe de garder sa cage inviolée, mais le natif de Glasgow a su le faire à 9 reprises – soit 25% des matchs qu’il a disputés -, s’offrant même une série de 4 blanchissages d’affilée entre la 16e et la 19e journée. Côté coupes, Marshall n’a fait que de la figuration cette saison. Absent de l’effectif convoqué pour affronter le Chorley FC en FA Cup (défaite 2-0), il est appelé en équipe nationale lorsque son équipe dispute son premier match de Carabao Cup (victoire 3-2 aux tirs au but face à Barrow, équipe de 4e niveau) et prend place sur le banc pour assister, impuissant, à l’élimination des siens à domicile face à Preston lors du 2e tour.

Un bilan bien maigre pour les joueurs de Derby County, mais un calendrier allégé par l’absence de matchs de coupes à disputer qui les a probablement aider à se maintenir en Championship, et permis à notre gardien vétéran de souffler à l’approche de l’Euro, lui qui a tant lutté pour connaître ce moment, “comme un lion dans sa propre cause”.

ON NE VA PAS Y PASSER 107 ANS…

Si l’Ecosse a donc attendu 23 ans pour participer à nouveau à un tournoi international, le sélectionneur national écossais n’a pas souhaité convoquer de gardien suppléant et attendre 107 ans avant d’annoncer son trio de portiers. Enfin presque… Si l’expression tient son origine dans la durée des travaux de construction de Notre Dame de Paris, c’est également l’âge cumulé des trois gardiens écossais qui disputeront cet Euro. Exit Scott Bain, 29 ans et gardien du Celtic Glasgow qui avait participé aux qualifications, Steve Clarke n’emmènera que des trentenaires pour accompagner Marshall.

Premier trentenaire : Jon McLaughlin, 33 printemps. S’il n’a connu que deux sélections – l’une face au Mexique en 2018, l’autre face à Saint-Marin en 2019 -, il n’a manqué aucun rassemblement de l’équipe nationale depuis ce dernier match sous les bois écossais, prenant systématiquement place sur le banc des remplaçants. Le dernier rempart des Glasgow Rangers n’a disputé que 9 matchs sur 32 possibles avec son club, encaissant 2 buts et signant 8 clean sheet pour le compte du champion d’Ecosse. En coupe nationale, il ne dispute que le premier des trois matchs disputés par son club, signant une fois de plus un clean sheet. De même en coupe de la Ligue où il ne dispute que le premier des deux matchs en tant que titulaire et, une fois de plus, McLaughlin signe un clean sheet. Huit en championnat, un dans chacune des coupes nationales, le compte est bon : Jon s’est offert 10 blanchissages en 11 rencontres durant la saison. Un temps de jeu très limité, mais des performances de qualité, de quoi rassurer son sélectionneur national et ses compatriotes s’il venait à arriver malheur à David Marshall.

Deuxième trentenaire, et c’est une belle surprise : Craig Gordon, 38 ans, est de retour !! Le portier du Heart of Midlothian FC a en effet bien connu les joies de l’équipe nationale puisqu’il en a gardé les filets à 56 reprises, dont 52 fois entre 2004 et 2017 !! Victime de problèmes de genoux récurrents, il avait ainsi perdu sa place au sein de la sélection écossaise et sa convocation pour l’Euro fait penser à une sorte de cadeau pour services rendus à la nation de la part de Steve Clarke, mais si tel est le cas, le cadeau est pour le moins mérité. Titulaire avec son club, il ne manque à l’appel que lors de la 22e journée, mais on lui pardonnera car le vétéran écossais n’était ni blessé ni malade, mais convoqué en équipe nationale. En championnat, il réalise 13 clean sheet, soit un blanchissage tous les deux matchs, arborant le brassard de capitaine à 11 reprises. Plutôt pas mal pour un vieux…

Vous l’aurez compris, le sélectionneur national a privilégié l’expérience à la jeunesse dans la liste de ses trois gardiens de but, des hommes d’expérience sur lesquels il sait pouvoir compter et s’appuyer, peu importe la destinée qui attend l’Ecosse au cours de cet Euro où la sagesse des anciens fera peut-être écho à ce dernier proverbe écossais, eux qui ne partent pas favoris pour ramener la coupe à la maison : “Fais le bien, Dieu fera le mieux.”

 


LA FICHE DU TITULAIRE

Derby County Goalkeeper David Marshall Ecosse

DAVID MARSHALL
Club:
 Derby County (2e division anglaise)

Âge : 36 ans
Né le : 5 mars 1985, à Glasgow (Ecosse)
Taille : 1m91
Poids : 83 kilos 
Pied : droit
Main : droite
Gants :
Uhlsport

Sélections : 62
ère sélection : 18 aout 2004 (Ecosse – Hongrie : 0-3)


Photo : Walfoot.be


VOUS AVEZ MANQUE LES EPISODES PRECEDENTS? PAS DE PANIQUE, ILS SONT JUSTE ICI…

Egalement dans le groupe D :

Dans le groupe A: 

Dans le groupe B:

Dans le groupe C:

Rejoins la communauté
Articles récents
Si tu souhaites recevoir du contenu exclusif, souscris à ma newsletter :
Haut de la page
Partages