Blog


12 May 2021


Troisième partie du MO Bio consacré à Lev Yachine. Figure du patrimoine footballistique international, le gardien a été un personnage historique de l’URSS. Les exploits de Yachine ont été politisé par le pouvoir communiste afin d’en faire un symbole de la société soviétique. À l’instar d’un Youri Gagarine, Yachine a été érigé comme un véritable héros du peuple soviétique. Une image mythique utilisée encore aujourd’hui par la Russie de Vladimir Poutine. Pour comprendre la carrière de Lev Yachine, il faut s’immerger dans le contexte international et la société soviétique de l’époque.

Partie III : Yachine, ce héros soviétique

En novembre 2020, Laurent Lasne publie Lev Yachine, Un roman soviétique, un essai romancé dans lequel l’auteur retrace la vie mythique du portier nous plongeant aussi dans l’Histoire de l’Union Soviétique. Sous le régime communiste, Yachine incarne un sportif modèle au service du collectif. Une figure mise en exergue par le pouvoir, illustrant ainsi la supériorité du modèle social soviétique. Avec sa casquette vissée sur sa tête, Lev Yachine symbolise certains idéaux de l’URSS. Coiffé de son couvre-chef tel un ouvrier ou Lénine, et malgré la notoriété, Yachine reste accessible en dehors des pelouses.

Livre - Lev Yachine, un roman soviétique | Conflits
(Source : Revue conflits)

Les succès glanés par Lev Yachine ont servi la cause de Moscou. Lors des Jeux Olympiques de 1956 à Melbourne, les footballeurs soviétiques ont subi des pressions afin de remporter la médaille d’or. Si quatre ans plus tôt à Helsinki les athlètes devaient sourire, ils devaient battre leur homologues occidentaux en Australie. Le régime voulait symboliquement tirer profit des victoires sportives. La médaille d’or aux JO de Melbourne et le titre européen en 1960 ont érigé Lev au rang d’idole pour tout un peuple. Plus beau joyau du football soviétique en URSS, Yachine est considéré comme un « homo sovieticus », c’est à dire un exemple de moralité et un modèle à suivre pour les jeunes soviétiques.

De plus, le poste de gardien de but est le rôle le plus populaire dans toute l’Union Soviétique. Dans l’imaginaire collectif de certains pays le gardien de but est le moins technique ou bien le dernier choisit à la cour de récréation. En URSS, la considération pour ce poste est tout autre. En russe, gardien de but se prononce “vratar“. Le gardien est le poste le plus important pour les Soviétiques. Symboliquement, une analogie est faite entre le portier et le garde-frontière, une côte de sympathie qui apparue dans les années 1930. Le vratar est le dernier rempart de son équipe tandis que le garde-frontière est l’ultime protecteur face à « l’envahisseur ». En somme, les deux sont les derniers remparts de la nation. Le gardien devient alors un objet populaire à qui l’on consacre des films, ou qui est illustré dans les arts. C’est d’ailleurs le cas en 1936 dans le film Vratar. Cette comédie musicale narre l’histoire d’un jeune agriculteur qui se distingue par son habilité à attraper des pastèques. Remarqué pour son talent, il devient gardien de but et se mue en véritable héros de la patrie. Une chanson issue du film incarne l’idéologie du gardien chez les Soviétiques :

« Toi, le gardien de but , prépare toi au combat.
On t’a nommé la sentinelle devant ton but,
Imagine que derrière toi, est tracée la frontière de l’État ! »

Lev Yachine est alors le défenseur de la patrie, celui qu’on adule. Le régime décide de le médiatiser, d’en faire un symbole à l’international. À l’instar, de Youri Gagarine, Lev Yachine est « starifié » pour promouvoir le modèle soviétique à l’échelle mondiale. Une stratégie payante pour la superpuissance communiste. Fidèle au parti, Yachine profite de cette exposition et n’est pas contraint par les services de renseignements soviétiques au cours de sa carrière. Eh oui, le KGB pouvait briser votre carrière si vous ne filiez pas droit ! Ce fut le cas pour Edouard Streltsov, grand ami de Yachine et attaquant du Torpedo de Moscou. Surnommé le « Pelé blanc », Streltsov refuse de rejoindre le Dynamo malgré l’insistance de son copain gardien de but. À l’issue d’une grande beuverie, il est victime d’un coup fomenté par le KGB. Malgré l’intervention de Yachine et du sélectionneur, le Kremlin refuse que Streltsov dispute le mondial en Suède et l’attaquant est alors condamné à douze ans de Goulag.

Le cimetière de Lev Yachine est plus beau que le vôtre / Coupe du monde 2018 / Café Kremlin, épisode 11 / 24 juin 2018 / SOFOOT.com
En Russie, le cimetière Vagankovo abrite les sépultures de sportifs soviétiques. On y trouve la tombe de Lev Yachine. (Source: Sofoot)

Malgré son aura, Yachine n’a pu faire infléchir la décision du pouvoir, un crève-cœur pour l’araignée noire. Il a rapidement compris que la fidélité auprès du Parti était primordiale pour sa carrière. Souvent érigé comme modèle de vertu, ce n’est pas pour autant que Yachine n’aimait pas faire la fête et boire de la vodka. Le gardien avouait boire une bouteille de vodka avant les matchs pour « se tonifier les muscles ». Vous l’aurez compris, la vodka pour les Russes, c’est de l’eau ! Blague à part, la popularité de Yachine va s’accroître lorsque les télévisions occidentales s’intéresseront au gardien de but. En ce sens, Lev reçoit en 1960 l’ordre de Lénine soit la plus haute récompense de l’URSS.

Yachine, une figure pop et historique en Russie

Pour l’historien Paul Dietschy, Yachine incarne d’une certaine façon la coexistence pacifique* et un football soviétique à visage humain. Précédemment, les gloires du football de l’Europe de l’Est avaient tourné le dos au communisme comme Puskas ou Kubala. En restant fidèle au Parti et au Dynamo Moscou, Lev Yachine devient le modèle du footballeur socialiste restant dans son pays. Un symbole dont tire profit encore aujourd’hui la Russie de Vladimir Poutine.

Pour le mondial 2018, la FIFA décide de mettre à l’honneur le gardien de but sur l’affiche officielle de la compétition. Une décision prise de concert avec le comité d’organisation russe, donc indirectement avec le Kremlin. Grand fan de Lev Yachine (l’un de ses joueurs favoris avec Pelé), Vladimir Poutine n’hésite pas à promouvoir l’Araignée Noire. Outre, le mondial russe, Yachine fut célébré lors des Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi en 2014. Poutine voit le sport comme un outil de puissance. Rendre hommage à Lev Yachine, c’est aussi renouer avec une ère où la Russie (URSS) dominait la planète. Qui a dit qu’un « grand démocrate » ne pouvait pas être nostalgique ?

Le mythique gardien russe Lev Yachine sur l'affiche officielle du Mondial 2018
Affiche de présentation de la Coupe du Monde 2018 avec Yachine en guest star (Source: RTBF)

Au cours de son existence Yachine a été au centre des attentions. Véritable phénomène sur les pelouses, il a été érigé au rang d’Idole. En mars 1990, Lev est nommé « Héros du travail socialiste », distinction récompensant des travaux exceptionnels pour la culture ou l’économie nationale. Trois jours après la remise de cette médaille, il décède le 21 mars 1990 des suites d’un cancer à l’estomac. Sa fin de vie est minée par des soucis de santé. Il est notamment amputé d’une jambe à cause d’une phlébite en 1984. Sa mort émeut tout un peuple. On lui rendra hommage jusqu’aux grands écrans. En 2019, le film The Dream Goalkepper (Le gardien de rêve dans la langue de Molière) retrace la vie et la carrière de Lev Yachine. Une reconnaissance logique pour celui qui fut élu athlète russe du siècle en 1999.

https://youtu.be/Je3RTDatMIY 

29 ans après la mort du vratar, France Football a décidé de le rendre éternel en créant le trophée Yachine en marge du Ballon d’or, trophée récompensant ainsi le meilleur gardien de la planète. Dans la grande confrérie des gardiens, tous et chacun sont immortels, mais Yachine est peut-être plus vivant que certains. Où le placer dans le panthéon des gardiens ?

Lev Yachine le Tsar des gardiens de but, Épilogue à suivre…


*doctrine politique extérieure soviétique adoptée par Nikita Khrouchtchev pendant la détente de la Guerre froide.


Vous avez manqué les épisodes précédents ? Pas de panique, vous les retrouverez ci-dessous :


Photo de couverture: Eurosport


Rejoins la communauté
Articles récents
Si tu souhaites recevoir du contenu exclusif, souscris à ma newsletter :
Haut de la page
Partages