Blog


17 April 2017


Dans une semaine plus souvent marquée par l’extra sportif que par les arrêts et le ballon, les gardiens de Ligue 1 ont retrouvé les terrains. Des performances de choix pour certains et des nuits sans sommeil pour d’autres : le feuilleton des gardiens.

Menacé de passer à la trappe dans sa quête d’un 5e titre de champion d’affilée, le PSG n’a plus le droit à l’erreur et son gardien allemand l’a bien compris. Finis les errements de facilité de sa première année, finie la concurrence “à toi à moi” avec Areola, Kevin a sorti les griffes vendredi pour permettre à Paris de s’imposer à Raymond-Kopa. Sollicité d’entrée, il assure et rassure en claquant en corner une belle frappe enroulée de Pepe. Concentré et solide par la suite, il est décisif en fin de match sur un coup de boule titanesque de Cheikh N’Doye qui filait sous la barre. Un réflexe main opposée qui fait rêver et lui permet de garder sa cage inviolée alors que le score était alors de 1 à 0 pour Paris. Un arrêt capital pour une prestation Deutsche Qualität.

Kevin Trapp, capital à Angers - photo : Le 10sport
Kevin Trapp, capital à Angers – photo : Le 10sport

Si Alexandre Letellier, gardien angevin formé au PSG a dû apprécier la performance de son homologue allemand, son mur et son placement laissent à désirer sur le coup franc de Di Maria. Le nombre de joueurs placés dans son mur est-il responsable du pas de côté qui lui fait défaut à l’arrivée? Sur un coup franc à cette distance, la question mérite au moins d’être posée. Après sa grave blessure de l’été passé, il a probablement trop voulu se protéger n’osant encore sortir de sa zone de confort.

Samedi après-midi, l’Allianz Riviera niçoise a été le théâtre de deux confirmations dans le monde des gardiens de Ligue 1. D’une part, Nice a un jeune gardien de qualité qui peut, qui plus est, encore se perfectionner et d’autre part, Pablo Correa doit être heureux : il a à présent deux gardiens en perdition, alchimie parfaite dans la dernière ligne droite d’un championnat où le maintien devient mission. Alors que Cardinale a récité ses gammes au pied et n’a vraiment été mis en difficulté qu’une seule fois – et encore c’était de sa faute – , le portier nancéien n’a pas su être décisif. Deux duels mal gérés et un péno encaissé, l’addition est salée pour Ndy Assembe qui, comme son équipe, a trop subi pour espérer briller.

À Guingamp, Johnsson recevait celui que la rumeur compare déjà au “Divin Chauve”, mais pendant que Dupraz et Kambouaré se crêpaient le chignon sur la touche, tout n’a pas tourné rond pour le jeune Lafont. L’apprenti Barthez s’est mis en valeur sur quelques arrêts, 5 au total, mais ce 3e pénalty concédé cette saison ne peut masquer un manque d’expérience bien normal à son âge. Face à un joueur excentré et dos au but, rester debout puis se replacer n’aurait-elle pas été la décision plus appropriée? Lafont a un bel avenir devant lui, c’est certain mais il est logique d’être exigeant à son égard, son âge ne pourra pas tout masquer et Oscar Trejo ne sera pas toujours là pour le suppléer. Quel arrêt !

Alban Lafont commet la faute, penalti et Toulouse de Guingamp les mains vides - Photo : Lisa Tilly
Alban Lafont commet la faute – Photo : Lisa Tilly

Plusieurs fois meilleur gardien de Ligue 1, on ne reconnaît plus Enyama. Alors que Costil a livré une prestation aboutie, le fer de lance nigérian de la défense lilloise les années passées s’est blessé. Déjà qu’il subit la situation d’un club en transition, en attendant Bielsa… Bon et prompt rétablissement à lui.

Pendant ce temps, alors que Didillon et Vercoutre jouaient les faire-valoir sur la pelouse de Saint Symphorien, Laurent Pionnier a confirmé son statut de titulaire à Montpellier. Deux arrêts sur deux coups de tête des lorientais Waris et Moukandjo en fin de première mi-temps ont permis au MHSC de rentrer au vestiaire avec deux buts d’avance. Battu d’entrée sur une frappe enroulée en lucarne de Boudebouz, puis par la vitesse de Mbenza au premier, Lecomte n’a pas eu l’occasion d’exister.

Sur le Rocher, Subasic pensait avoir fait le plus dur en repoussant sur sa ligne une tête de Tavares, mais Varrault l’a devancé de justesse pour pousser le ballon au fond des filets. Intraitable face à l’attaque monégasque, Reynet est finalement trahi par son poteau tel Cesar par son fils Brutus en son temps. Le coup franc de Falcao s’écrase sur la barre et vient frapper le dos du portier dijonnais. Dirar surgit, la sanction est immédiate. Cruel.  Ne pouvant alors plus compter sur ses alliés, ses supposés-amis, ses poteaux, Reynet est surpris par le deuxième coup franc du Tigre Falcao, magnifiquement frappé à l’opposé du premier. Dur à encaisser.

Fautif sur le but du Bordelais, Maxime Dupé n’est pas parvenu à faire oublier Riou dimanche après-midi. Trop sur le reculoir au moment de la lourde frappe de Sankharé, ne lui sont restés que les pieds pour intervenir et les yeux pour constater les dégâts. 13 matchs consécutifs en encaissant au moins un but pour les Canaris, c’est moins flatteur que Yohann Pelé et son 16e clean-sheet de la saison. Pas le plus compliqué face à des Verts peu inspirés, mais plus agréable à n’en pas douter que la soirée de Ruffier, impuissant sur les quatre buts phocéens auxquels il ne peut strictement rien.

Ne reste plus que Lopes et le cas (Leca?) Bastia – Lyon, mais face à la bêtise humaine, gardons nos gants et nos ballons dans cette semaine si compliqué pour le football et ses véritables passionnés et donnons priorité à un autre portier de Ligue 1 qui à lui briller sur le terrain et non pas aux abords des gradins : Sirigu.

Le gardien italien prêté par le PSG et annoncé du côté de la Bavière cet été s’est mis en valeur de la meilleure des manières en sortant deux pénos face à l’Atletico, l’un à la 87e, l’autre à la 89e. Peu importe le score (3-0 Atletico, ndlr), le caractère, la volonté et le talent de Salvatore méritaient d’être soulignés. Et puis avouez que c’est quand même une bien meilleure manière de se servir de ses pieds et de ses poings, non ?

La saison est encore longue et on a pas fini de reparler de nos portiers, mais pour ce week-end, côté gardiens, c’est le MO de la fin.

Deux penalties arrêtés en 2 minutes : sacrée soirée pour Salvatore - photo : @LaLiga
Deux penalties arrêtés en 2 minutes : sacrée soirée pour Salvatore – photo : @LaLiga

 

Photo de couverture: Courrier de l’Ouest

News Feeds
Rejoins la communauté
Articles récents
Si tu souhaites recevoir du contenu exclusif, souscris à ma newsletter :
Haut de la page
Partages