Blog


19 April 2018


Une belle poutre. C’est que l’on augurait pour Caen qui recevait le PSG du côté de D’Ornano, pour paraphraser le compte Twitter du Stade Malherbe. Le PSG venait d’en mettre 7 à Monaco quand les Caennais sont 15ème en Ligue 1. Cependant, on oublie que Caen a tenu en échec plusieurs fois le PSG version Qatari ces dernières saisons et que nous sommes en Coupe de France où la fameuse magie de la coupe peut opérer. Du côté des gardiens, le match était plus équilibré entre 2 gardiens qui cherchent leur identité. Kévin Trapp et Brice Samba se sont contentés de miettes cette année avec un total famélique de match en championnat (3 et 2 matchs respectivement), ne jouant que les coupes nationales pour se dégourdir les gants.

Le Match
Sans surprise c’est le PSG qui a eu la possession et les occasions les plus chaudes dès le début du match. Cependant, il faudra attendre la 25ème minute pour que Mbappé reprenne victorieusement une frappe ratée de Cavani. Cette action fut initiée suite à une erreur de relance de Samba (voir plus bas). Le reste de la mi-temps fut à l’avantage des Parisiens, mais Caen réussit à placer quelques contres. C’est lors de l’un d’eux que Diomandé marqua sur une frappe contrée des 25 mètres juste avant la mi-temps (43ème). Au retour des vestiaires le schéma resta le même : un rythme assez lent mais des actions de chaque côté avec ce parfum si particulier de la Coupe De France. Après un but refusé à juste titre par l’arbitrage vidéo à la 47ème, Mbappé trouva finalement la marque à la 81ème. En fin de match, suite à l’expulsion logique de Diomandé, Caen encaissa un but anecdotique de Nkunku au bout des arrêts de jeu (90+5ème). Paris peut envoyer son devis pour la poutrelle mais Caen peut sortir la tête haute.

Analyse de Nicolas Drouet

Rejoins la communauté
Articles récents
Si tu souhaites recevoir du contenu exclusif, souscris à ma newsletter :
Haut de la page
Partages