Blog


5 March 2019


Des têtes dépitées, des traits tirés, des démarches honteuses. Au double coup de sifflet de M.Gonzalez, les joueurs de Liverpool rentrent tous au vestiaire veules. Leur espoir de triomphe, tué à 3 reprises par un Milan AC intraitable, se meurt dans le sanglot rouge des atroces supporters des Reds. Pourtant, un discours et 15 minutes de jeu plus tard, Liverpool comble son retard et renaît de ses cendres. S’en suivent alors 60 minutes de siège devant le but d’un certain Jerzy Dudek. Le gardien polonais, tel un ange gardien, sauvera son équipe des assaults diaboliques des Shevchenko, Inzaghi et autres diables milanais. Plus encore, il l’enverra au Paradis lors de la séance de penalties en arrêtant deux tentatives lombardes. Une coupe aux grandes oreilles plus tard, le gardien polonais, reçu par Jean-Paul II en 2004, canonifie son Liverpool, qui remporte enfin la Champions League 21 ans après son dernier sacre. Retour sur la carrière d’un gardien angélique.

Des débuts tonitruants

Jerzy Dudek fait ses débuts en troisième division polonaise avec le Concordia Knurów. Quatre saisons et 115 matchs joués plus tard, il rejoint le club du Sokół Tychy où il jouera une seule saison avant de signer en 1996 un contrat professionnel avec le Feyenoord Rotterdam, légendaire club hollandais et qui est alors un des cadors de la première division hollandaise : l’Eredivisie. Néanmoins, il doit attendre une saison avant de faire ses débuts avec son club, barré par l’international hollandais Ed de Goey. En 1997, ce dernier s’en va rejoindre Chelsea et c’est donc le début de l’ère Dudek. Il se qualifie pour la Champions League dès sa première saison et fait donc ses débuts européens par la même occasion. La saison suivante, il remporte le championnat et est sacré meilleur gardien du championnat. La saison d’après, c’est une supercoupe que Jerzy s’adjuge, mais surtout le titre de meilleur joueur du championnat en 2000, chose inédite pour un gardien. Entre temps, il fait ses débuts avec la sélection polonaise et se qualifie pour le Mondial 2002, 16 ans après leur dernière qualification. Toutes ces excellentes performances feront qu’il rejoindra alors Liverpool en 2001, malgré des offres supposées des plus grandes écuries européennes (Arsenal, Barca, Man U).

 Jerzy Dudek à Feyenoord - photo : Feyenoord
Jerzy Dudek à Feyenoord – photo : Feyenoord

L’ère Liverpool

Dès sa première saison, Dudek a la pleine confiance de son coach Gérard Houllier, et ses bonnes performances permettent à Liverpool de finir vice-champion  d’Angleterre. Son excellente saison lui permet d’ailleurs d’être nominé au titre de meilleur gardien UEFA aux côtés de Gigi Buffon et Oliver Kahn. La saison suivante, une série d’erreurs fragilisent son statut, mais une performance d’homme du match en finale contre Manchester United lui permet de gagner une League cup ainsi que l’amour des supporters. À la suite de cela, il est reçu par le pape Jean-Paul II, d’origine polonaise et qui était d’ailleurs gardien dans sa jeunesse. Lors de la saison 2004-2005, c’est l’apogée de Jerzy Dudek. Rafael Benitez lui accorde toute sa confiance et le polonais lui rendra pleinement. Un match exceptionnel en finale de Champions League, dont un double arrêt incroyable face à Shevchenko à la dernière minute le propulse sur le toit de l’Europe. Dudek lui-même déclarera “ne pas savoir comment [il a] fait”. À noter également la légende des “spaghetti legs” déjà utilisée en 1984 par le gardien de Liverpool Bruce Grobbelaar lors du dernier sacre européen. Une chanson est également écrite à son honneur par un groupe de supporters. Le titre “Do the Dudek” se placera même dans le top 40 britannique !

Au commencement de la saison 2005-06, le portier polonais se blesse et voit Pepe Reina prendre sa place, qu’il ne récupèrera malheuresement plus. Il ne fera pas partie du groupe polonais pour la Coupe du Monde 2006 et décide donc de quitter Liverpool en 2007. Il laisse aux supporters des Reds une image légendaire, et son double arrêt fut d’ailleurs voté “Plus grande action de la Champions League” d’après un sondage de l’UEFA.

La consécration madrilène

En 2007, le polonais rejoint le Real Madrid. Derrière San Iker dans la hiérarchie madrilène, il ne jouera que 12 petits matchs en 4 ans mais son professionalisme et ses quelques apparitions furent vivement appréciées par les supporters et le staff. Il remportera le championnat espagnol en 2008 et la Copa del Rey en 2011, ainsi qu’une supercoupe en 2008 également. En 2011, il sort à la suite du dernier match de la saison à domicile, sous une ovation du Santiago Bernabeu et une haie d’honneur. Le portier polonais met alors fin à une brillante carrière à l’âge de 36 ans, couronnée de succès et dont on retiendra surtout l’amour que les fans lui portaient.


photo de couverture : FourFourTwo

News Feeds
Rejoins la communauté
Articles récents
Si tu souhaites recevoir du contenu exclusif, souscris à ma newsletter :
Haut de la page
Partages