Blog


3 November 2017


Beaucoup décriée ces dernières années pour ne pas avoir eu de gardiens de calibre international, l’Angleterre n’est pas pour autant une sélection démunie. Auparavant, la sélection des Three Lions a même connu d’énormes portiers comme Gordon Banks, Peter Shilton, Ray Clemence ou un peu plus récemment David Seaman. Après une telle richesse de gardiens, les temps ont été durs pour les Anglais. Le passage de témoin après la fin de carrière internationale de David Seaman, le 16 octobre 2002 (match nul 2-2 contre la Macédoine) fut plus que difficile.

La désillusion 

Le premier à essayer d’assumer le rôle de gardien numéro 1 anglais fut David James, mieux connu dans le monde du foot comme “Calamity” James. Malheureusement, ce gardien aura marqué son passage davantage par ses bourdes que pour son habilité sur sa ligne, la preuve en est, Telefoot sort un sujet intitulé, « David James le roi de la boulette » en février 2011. Il a même fait la promotion d’un DVD sur ses boulettes. Le gardien passé notamment par Liverpool et Manchester City, aura endossé le rôle de titulaire des Three Lions durant l’Euro 2004 et la Coupe du Monde 2010. Lors de l’Euro portugais, on se rappellera avant tout la séance de penaltys envoyant les hôtes en demi-finale. Mais c’est plus pour Ricardo le gardien lusitanien, que le moment fut inoubliable pour les gardiens. Le portier portugais enleva ses gants avant le dernier tir au but de Darius Vassel qu’il repoussa avant d’inscrire le dernier pour son équipe.

Le second à revêtir le maillot de l’équipe d’Angleterre en tant que titulaire est Paul Robinson. Après avoir vécu la même expérience que David James, être éliminé en ¼ de finale – du Mondial 2006 cette fois – par les coéquipiers de Ricardo aux tirs au but, il est reconduit pour les qualifications en 2008. Le premier match choc du groupe face à la Croatie fut un échec cuisant, une défaite 2-0 à Zagreb et une erreur de Paul Robinson sur une passe en retrait de Gary Neville.

 


Après des matches de qualifications très compliqués, Paul Robinson se retrouve derrière David James et Scott Carson qui sont tous les deux sur la feuille de match pour le match décisif face à la Croatie (match retour) déjà qualifié à ce moment. Scott Carson jouera son deuxième match avec les Three Lions lors de ce match décisif, le premier étant 5 jours avant, lors d’un match amical face à l’Autriche gagné 1-0. L’Angleterre qui avait besoin d’un seul point après la défaite surprenante de la Russie en Israël, vit son gardien d’un soir prendre un but plus qu’évitable en tout début de match sur une frappe de Niko Kranjcar. Le dénouement aurait pu tourner en la faveur des Anglais après la réduction du score par Franck Lampard puis l’égalisation de Peter Crouch, mais Mladen Petric scella leur sort et l’Angleterre est sorti par la petite porte (2-3)

 

Résultat de recherche d'images pour "scott carson croatia"
Scott Carson s’inclinant sur la frappe de Kranjcar. Source: telegraph.co.uk

Il y eu aussi Robert Green, participant à 12 matches, dont 7 amicaux, 4 en tournois préliminaires pour la Coupe du Monde 2010 et un en phase finale. Lors de cet unique match, il joua contre les Etats-Unis et s’inclina sur une frappe anodine de Clint Dempsey, offrant le match nul aux Américains, coûtant certainement la première place à l’Angleterre qui tomba en 8ème de finale sur l’équipe d’Allemagne et s’inclina 4-1 avec ce fameux but égalisateur non accordé à Franck Lampard. Petite cause, grande conséquence…

 

 

L’espoir

C’est en 2012 que les Anglais vont reprendre espoir par l’intermédiaire de Charles Joseph Hart dit « Joe » Hart, lors de l’Euro 2012 en Ukraine, sa première compétition internationale. Le gardien champion d’Angleterre en 2012 et 2014 deviendra un vrai titulaire de la sélection des Three Lions participant à 4 compétitions dont 3 en tant que numéro 1 (Euro 2012 et 2016, Coupe du monde 2014). Malgré l’unanimité qu’il a eu à Manchester City, Joe Hart peine à être étincelant sous le maillot du royaume de Sa Majesté. Pire, son Euro 2016 montre des lacunes que ne peut se permettre le gardien d’une grande nation. Lors du match face au Pays de Galles (victoire 2-1), ennemi des anglais, le portier formé à Shrewsbury Town s’incline sur un coup franc de Gareth Bale avec une main pas assez ferme. Malheureusement il réédite cette erreur en quart de finale face à l’Islande sur le but du 2-1, mais celle-ci est encore plus flagrante, et ses coéquipiers ne peuvent lui sauver la mise et sont donc éliminés par l’équipe qui était encore 122ème au classement Fifa en 2012. Malgré cette contre-performance, Gareth Southgate voit toujours en lui le gardien numéro 1, de par son passif et son expérience internationale. Mais se reposer sur ses lauriers ne serait pas la bonne solution avec une génération à venir qui frappe à la porte et des gardiens expérimentés qui explosent sur le tard.

 

Résultat de recherche d'images pour "joe hart euro 2016"
Hart et ses coéquipiers, sortis de l’euro 2016. Source : adifferentleague.com

Le renouveau

De plus en plus de gardiens anglais émergent des équipes de Premier League, (6 gardiens titulaires sur les équipes présentes en Premier League sont anglais et 16 sont présents parmi les 50 gardiens inscrit pour la saison 2017-2018 en Premier League), ce qui donne beaucoup plus de choix à Gareth Southgate. La preuve en est, le sélectionneur anglais a convoqué 4 gardiens pour affronter l’équipe de France (Joe Hart, Jack Butland, Tom Heaton et Fraser Forster) et 2 ont été testés (Butland et Heaton) avec des prestations très honorables.

Résultat de recherche d'images pour "hart heaton forster butland pickford"
Butland, Forster, Hart et Heaton à l’entrainement avant le match contre la France. Source : burnleyfootball.com
  • Tom Heaton (Burnley), l’éclosion tardive

Heaton c’est comme le bon vin, celui qui mûrit à l’étage inférieur, et l’étage inférieur ici c’est la Championship avec Cardiff City, Bristol City et Burnley FC. Après 6 prêts de 2005 à 2010, le gardien formé à Manchester trouve de la stabilité en deuxième division anglaise et c’est à Burnley qu’il éclot réellement, qu’il impressionne le plus. Lors de sa première saison en Premier League à l’âge de 30 ans, il est un acteur prépondérant du maintien de Burnley, avec 10 clean sheets et 141 arrêts, le plus gros total effectué lors de la saison 2016-2017 par un gardien dans le championnat britannique. Heaton connaît sa première sélection à 29 ans et son premier match à 30 ans. Bien que n’ayant pas beaucoup d’expérience sur le plan international, il est l’une des valeur sûres de Gareth Southgate. Malheureusement pour lui, une luxation de l’épaule le 10 septembre dernier face à Crystal Palace lui aura coûté sa place lors du dernier rassemblement anglais, primordial pour accéder à la Coupe du Monde en Russie.

  • Fraser Forster (Southampton) , l’éternel remplaçant

S’il a la réputation d’être un excellent gardien de Premier League, il l’a forgé un peu plus au Nord, à Glasgow, chez le Celtic. Révélé aux yeux de l’Europe en 2012 lors d’un match de très bonne facture face au FC Barcelone, le géant anglais a été élu meilleur joueur du Celtic Glasgow en 2013 et 2014. Après son passage au Celtic, il retrouve son pays et le sud à Southampton, enchaînant les grosses prestations, et les clean sheets par la même occasion. Cependant, le gardien actuel de Southampton, recruté pour la somme de 12 millions d’euros à l’été 2014, n’a toujours été qu’un second couteau des Three Lions, jouant seulement 6 matches, uniquement amicaux. A l’été 2016, c’est peut-être son coach de l’époque, Claude Puel,  qui en parle le mieux “Pour moi, Fraser Forster est un très bon gardien, avec de l’expérience et de la maturité, il a toutes les qualités pour répondre au défi de l’équipe nationale”. Et lorsqu’on a suivi les prestations de Joe Hart, titulaire à l’Euro 2016, on ne peut que confirmer qu’il a l’étoffe d’un titulaire. Malgré toutes ses qualités et son expérience de la sélection, il ne devient que le 4ème choix de Gareth Southgate préférant Hart comme titulaire et testant Jack Butland et Tom Heaton face à la France en juin dernier.

  • Jack Butland (Stoke City), l’espoir

Le futur c’est lui, et dans les choix de Southgate on le comprend rapidement. Après avoir assuré sa qualification face à la Slovénie, le sélectionneur des Three Lions a testé face à la Lituanie plusieurs jeunes joueurs prometteurs, tel que Harry Winks (Tottenham), Harry Maguire (Leicester) et Jack Butland (Stoke City). Blessé pendant un an, Jack Butland a retrouvé les terrains en avril 2017, et donc perdu du temps sur ses concurrents directs. Mais pour son entraîneur Mark Hugues, son jeune gardien ne doit pas être qu’une solution de remplacement à Joe Hart. Début septembre, lors des matchs opposant les Three Lions face à Malte et à la Slovaquie, le technicien anglais avait eu des mots fort encourageants pour son gardien ; il avait alors déclaré: “J’ai été déçu pour Jack. Je pensais qu’il avait une bonne opportunité et je trouve ça dommage qu’il n’ait pas pu montrer qu’il était en bonne forme. Mais ce n’est qu’une question de temps. Il va travailler dur. Il revient d’une longue blessure et peut-être que les gens veulent un peu plus de temps pour être convaincu qu’il a atteint un certain niveau. Mais si quelqu’un a besoin d’être rassuré, ils ont juste besoin de me demander. Il est déjà de retour au moins au niveau qu’il était avant sa blessure, sinon mieux.” Une chose est certaine, celui qui tient la corde pour suppléer Joe Hart, c’est bien lui, mais il aura tout intérêt à s’accrocher pour ne pas avoir de désillusion.

  • Jordan Pickford (Everton), le futur

Le petit nouveau, celui qui impressionne depuis la saison dernière, c’est lui. Agé de seulement 23 ans, le gardien formé à Sunderland est devenu cet été le gardien anglais le plus cher de l’histoire. Il se démarque principalement par sa faculté à relancer rapidement et très (très) long obligeant le bloc adverse à se replacer très bas. Agile sur sa ligne, il a été mis à contribution à de nombreuses reprises avec Sunderland la saison dernière, mais aussi en ce début de saison qui voit Everton en énorme difficulté au classement (18ème à la 10 journée). En équipe d’Angleterre, il n’a joué qu’en équipe de jeunes mais a déjà été appelé avec les A, prouvant que Southgate et l’Angleterre comptent sur lui pour des échéances à moyen ou long terme. Bien qu’ayant un nouveau statut très important du côté de Liverpool et des Three Lions, il reste un gardien avec des valeurs que le football ne connait plus trop en ces temps modernes. Le petit gars de Washington, dans la banlieue de Sunderland, n’en oublie pas ses racines. En effet, un nouveau club de football est né à Washington, comme Pickford, et il n’a pas hésité à aider les dirigeants de ce club en fournissant des maillots, ballons et survêtements. En remerciement, sur les survêtements, on peut y voir “JP1” en référence au jeune gardien anglais. Joli clin d’oeil !

 

Mais aussi…

Tout récemment les équipes de jeunes anglais sont devenues des références. Champions d’Europe U19 avec Aaron Ransdale dans les buts (Bournemouth), Champions du Monde U17 avec Curtis Anderson (Manchester City) et U20 avec Freddie Woodman (Newcastle), qui a même obtenu le prix du meilleur gardien de la compétition. On pourra aussi citer Angus Gunn, 21 ans de Manchester City, en prêt à Norwich, et Jonny Mitchell, 22 ans, de Derby County.

Après les titres acquis par les jeunes équipes des Three lions, il ne manque plus que la sélection de Southgate pour avoir le tableau parfait. Tout le monde le sait, pour gagner une compétition internationale, l’ossature de l’équipe doit tenir la route, être hors norme, et le gardien de but en est la base. L’avenir s’annonce radieux pour les Three Lions, il faut maintenant que les bons choix soit faits.

 

News Feeds
Rejoins la communauté
Articles récents
Si tu souhaites recevoir du contenu exclusif, souscris à ma newsletter :
Haut de la page
Partages