Blog


16 April 2015


Voici l’épisode N°3 de la série “Côté Gardien” animé par Marwen Chebbi. Cette série a pour but d’analyser les performances des gardiens de but professionnels. Pour être sûr de ne rien rater de la série, n’oublie pas de souscrire à ma page Facebook.

Dans ce troisième épisode, j’analyse la séance de tirs aux but qui a opposé l’Atletico Madrid et le Bayer Leverkusen en 1/8ème de finale retour de la Ligue des Champions.

J’ai décidé de sélectionner 5 pénaltys qui ont retenu mon attention sur cette séance en allant comme d’habitude dans le détail pour t’aider à mieux décrypter les pénaltys.

 

Clique ici pour voir ou revoir l’épisode 2 de Côté Gardien.

Pour être sûr de ne pas louper le prochain épisode de “Côté Gardien”, n’oublie pas de souscrire à ma page Facebook.

SCRIPT

Bonjour à tous, ici Marwen Chebbi pour Main Opposée et je suis ravi de vous accueillir pour l’épisode n°3 de Côté Gardien, la série qui analyse la performance des gardiens de but professionnels. Comme je vous l’avais demandé sur ma page Facebook, vous avez été le plus nombreux à préférer la séance de tirs au but entre l’Atletico Madrid et le Bayer Leverkusen lors du 1/8ème de finale retour de Ligue des Champions. La majorité l’emporte, je vais donc m’attarder sur cette séance de tirs au but en essayant d’analyser, d’un côté, la préparation de la frappe du tireur mais aussi le comportement du gardien de but. Parce que, comme vous l’avez vu, il y a eu énormément de ratés et je ne pense pas que ce soit simplement du à la fatigue. La preuves en images : Focus sur 5 tirs au but Et donc on commence tout de suite avec le premier tireur madrilène, Raul Garcia, qui met son tir au-dessus. Ce qui est intéressant d’analyser sur ce pénalty, c’est sa technique de frappe. Alors a priori, on peut penser qu’il a tenté un contre-pied, qu’il a changé de décision au dernier moment. On a l’impression qu’il tente de la mettre au milieu. La fin de son geste est réellement imprécise ce qui fait que le résultat est sans équivoque : il met la balle au-dessus. On passe ensuite au 1er tireur côté allemand, Çalhanoğlu. On le voit, avant que le joueur allemand arrive, le gardien de but de l’Atletico Madrid Jan Oblak reste à hauteur du point de pénalty avec le ballon, tout simplement pour intimider le tireur, pour le déconcentrer, pour lui montrer qu’il sera présent. Et en général, on sait que ça se joue niveau psychologique et donc c’est super important d’essayer de destabiliser coûte que coûte l’attaquant pour éviter qu’il soit dans sa zone de confort. Donc on peut passer maintenant à l’analyse technique de ce pénalty, que je trouve ultra intéressante. On va le laisser tirer. On le voit, il saccade un peu sa course d’élan et il tire au milieu. Qu’est-ce qui est intéressant de voir ici ? Tout simplement que premièrement, il ralentit sa course d’élan pour tenter le contre-pied. Tout le monde pourra se demander pourquoi il a tiré au milieu alors qu’au final les gardiens en général partent tous d’un côté. Pour être précis, les statistiques le montrent, on a 94% des gardiens de but qui choisissent un côté. Et là, Jan Oblak décide de faire un pas sur sa droite, pour repartir justement sur la gauche et c’est vraiment énorme comme arrêt parce que quasiment aucun gardien de but ne va rester au milieu. On le voit, Anthony Lopes a l’habitude de le faire sur ses pénaltys. Il va souvent partir d’un côté pour plonger de l’autre, mais là Oblak va justement rester au milieu en pensant qu’il va tenter le contre-pied un petit peu à la Hazard, en mettant le ballon à 1m de l’axe du but, juste pour jouer le contre-pied. Donc vraiment un arrêt exceptionnel. Le tireur suivant, avec Koke. On est sur le plus bel arrêt de cette séance de tirs au but. Koke qui va croiser sa frappe et si on suit la trajectoire du ballon, en fait elle est réellement quasiment au ras du poteau, à ras de terre. Et là Bernd Leno va faire un arrêt vraiment exceptionnel. On le voit pousser sur sa jambe extérieure pour aller la chercher en bas de son but. C’est vraiment un arrêt de grande classe. C’est maintenant au tour de Torres de s’élancer qui ouvre son pied. Il a choisi un côté et s’est appliqué à transformer son pénalty. Et c’est là où j’aimerais me focaliser. Sur ce ralenti, on s’aperçoit que le plongeon de Bernd Leno ; et c’est assez marrant de le noter étant donné qu’on est au plus haut niveau, on est dans la compétition reine, la Ligue des Champions ; mais si on observe bien son pied qui va lui donner l’impulsion, en fait Leno se trompe. C’est ce qui l’empêche de faire un arrêt similaire au pénalty précédent. Là on le voit, il plonge sur sa gauche et il pousse avec son pied gauche qui n’est pas le bon pied. Son pied gauche devrait lui permettre de décoller, donc ce serait pour un ballon aérien. Là s’il veut la chercher au ras du poteau, c’est avec son pied droit qu’il doit pousser. Mais évidemment comme tout gardien de but, il a un côté fort et un côté faible et un pied avec lequel il va être plus à l’aise de pousser. Et on se rend compte qu’il ne pousse pas avec le bon pied, ce qui fait qu’il perd en détente et ça lui empêche de gagner quelques centimètres. Et le dernier tireur, avec normalement le meilleur joueur du Bayer Leverkusen, Kiessling qui vient s’élancer. On le voit, Jan Oblak, le gardien de but de l’Atletico Madrid qui vient encore déconcentrer. Et Kiessling qui, dans sa course d’élan, se penche légèrement trop en arrière et envoie le ballon au-dessus. Je ne m’attarderai pas forcément sur ce tir au but qui est certes décisif mais pas nécessairement intéressant à analyser d’un point de vue gardien de but. Dans tous les cas, on a vu une séance de tirs au but avec beaucoup de ratés. Que ce soit des tirs hors cadre ou des tirs arrêtés par des gardiens. Ce que j’ai trouvé intéressant à relever dans cette séance, c’est qu’il y avait des choses assez insolites comme le fait qu’un gardien de but de ce niveau là – j’adore Bernd Leno sur les pénaltys, c’est vraiment un expert en la matière – ne pousse pas sur son bon pied d’appui. A ce niveau-là, c’est assez surprenant. Et aussi un autre pénalty, que je trouve exceptionnel en terme d’intelligence c’est-à-dire qu’il a été capable de rester au milieu. Comme je l’ai dit dans l’article “10 astuces pour arrêter un pénalty”, la stratégie optimale est normalement de rester au milieu étant donné que près de 30% des pénaltys vont être tirés au milieu. Voilà, l’épisode N°3 de Côté Gardien est à présent terminé. J’espère qu’il t’aura aidé à apprendre certaines choses par rapport aux pénaltys et aux séances de tirs au but. Dans tous les cas, s’il t’a plu, si tu es en désaccord avec que j’ai dit, n’hésite pas à me le signaler dans les commentaires et de partager cette vidéo qui pourra en aider plus d’un. En attendant, je vous souhaite d’aller la chercher Main Opposée. Ciao les gars !

[collapse]
News Feeds
Rejoins la communauté
Articles récents
Si tu souhaites recevoir du contenu exclusif, souscris à ma newsletter :
Haut de la page
Partages